• Home
  • |
  • Sitemap
  • |
  • Contact
  • |
  • Text A A A
  • |
  • Nederlands
  • |
  • sante.gsk.be

Mythe ou réalité

Savez-vous qui court le risque de développer un cancer du col de l’utérus? Il existe un grand nombre de malentendus à propos de cette maladie, de sorte que l’obtention d’informations exactes constitue une première étape.

Donc, oubliez les mythes et tenez-vous en aux faits.
 

"…Les autres cancers sont plus fréquents."

Toutes les deux minutes, quelque part dans le monde, une femme décède d’un cancer du col de l’utérus. Au niveau mondial, le cancer du col de l’utérus représente la troisième cause de mortalité associée au cancer chez les femmes, après le cancer du sein et le cancer du poumon et il occupe le second rang parmi les cancers les plus fréquents chez les femmes de moins de 45 ans.

 

"…Il n’existe aucun moyen de détecter le cancer du col de l’utérus avant qu’il ne soit trop tard."

C’est faux. Des dépistages réguliers (frottis de col) constituent le moyen le plus efficace de réduire le risque de développer un cancer du col de l’utérus. Outre ce dépistage, les nouveaux vaccins devraient contribuer à réduire encore davantage ce risque. 

 

"…Personne n’a jamais eu de cancer du col de l’utérus dans ma famille, donc je ne risque rien."

Le cancer du col de l’utérus n’est en effet pas héréditaire: les scientifiques ont démontré que l’agent causal est un virus. Cela signifie donc que chaque femme sexuellement active peut être infectée par un virus HPV.

 

"…Je n’ai pas un comportement à risque."

Toutes les femmes sont à risque de développer un cancer du col de l’utérus. Environ 80% des femmes seront, à un moment ou à un autre au cours de leur existence, infectées par un virus HPV susceptible de provoquer un cancer du col de l’utérus. 

 

"…Cette maladie ne touche que les femmes âgées."

En réalité, il n’y a pas d’âge pour être infectée par le virus (HPV) capable d’induire le développement d’un cancer du col de l’utérus. Le risque d’infection apparaît dès le début de la vie sexuelle. Le cancer du col de l’utérus occupe le second rang parmi les types de cancer les plus fréquents chez les femmes de moins de 45 ans. 

 

"…Je me nourris de manière saine, je ne fume pas et je mène une vie active - donc je ne risque rien."

Même si un mode de vie sain peut contribuer à combattre plus efficacement les infections, cela ne suffit pas à vous protéger contre le virus responsable du cancer du col de l’utérus (HPV). En association avec des frottis vaginaux réguliers, la vaccination renforce la protection. 

 

"…Je n’ai qu’un seul partenaire, donc je ne cours certainement aucun risque."

Il suffit d’une seule relation sexuelle pour être infectée. Il n’est absolument pas nécessaire d’avoir de multiples partenaires. 

 

"…Mais je me protège toujours lorsque j’ai des relations sexuelles."

Même si l’usage du préservatif permet de réduire le risque d’infection, il ne suffit pas à garantir une protection totale parce que le virus peut également se transmettre par simple contact de peau à peau dans la région génitale.


Envoyez cette page à une connaissance

Bookmark and Share